Rachel Graveline > Blogue > Journal - Au fil des jours > [Une idée] À la saveur des réseaux sociaux

[Une idée] À la saveur des réseaux sociaux

Bien que ce ne soit pas une idée nouvelle et que sans aucun doute, plusieurs y ont pensé (même déjà exploité dans certains films ou livres), je me pencherai éventuellement sur ce phénomène des réseaux sociaux. Toute la saveur donnée aux malentendus, à cette incompréhension qui survient à cause de l’absence de gestes corporels et du timbre de la voix. Nous avons tous des relations interpersonnelles très élargies désormais grâce aux échanges sur le Web… souvent avec l’affichage de nos goûts et d’une représentation virtuelle laissant une impression de notre personnalité, on « attire » certaines personnes. L’évolution des échanges est souvent accélérée par le manque de gêne puisque cet écran nous offre le confort d’un certain anonymat. Douce chimère à exploiter dans une histoire qui peut mener autant vers la romance que le suspense… En somme, ce petit mot pour vous dire qu’une idée germe tranquillement, je ne sais pas encore quelle direction elle prendra, ni même si je pourrai lui donner le format respectable de roman. À suivre…

Je vous propose pour l’instant simplement d’imaginer ces cadres, l’interlocutrice dit :

— Tu m’intéresses…

— C’est vrai que nos esprits se rencontrent.

C’est banal… mais elle voulait dire…

Ce soir-là, elle lui aurait bien murmuré à l’oreille, mais elle se contenta de lui écrire les mains tremblantes de nervosité et les joues de rose teintées, ;

— Tu m’intéresses…

Ou, dans un tout autre contexte :

Un homme écrit à son interlocutrice :

— Je ne suis pas vraiment un type bien…

— Personne n’est parfait et nous ne sommes pas dans un conte de fées après tout, répond la jeune femme soupçonnant un problème d’estime ou même un gars un peu trop séducteur qui l’incite à se méfier.

On est dans quelque chose de plus probable… sauf si :

De son côté de l’écran, « Beauparleur » passe un doigt sur la lame aiguisée de son couteau fétiche, il se coupe. Saisi sur le moment, il se fait doux et décide sournoisement de la mettre en garde :

— Je ne suis pas vraiment un type bien…

Deux petits exemples simples qui illustrent ce contexte déroutant qui peut-être assez captivant à exploiter en jouant sur les mots et l’état émotionnel des personnages. On verra ce que je ferai avec…

D’ici là, méfiez-vous de vos rencontres trop intenses sur les réseaux, on ne sait jamais! 😉

Partagez

2 commentaires

  1. J’adore ta petite phrase à la fin! La toute dernière… Tu as absolument raison, et on ne l’aura jamais assez dit ! Et puis… J’ai hâte de voir si cette idée va germer. C’est sûr que c’est intéressant. 🙂

    • Hé! Hé! C’est vrai que c’est un classique de dire ça, mais tellement vrai en même temps! C’est effectivement en train de germer… on verra bien! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *