Rachel Graveline > Blogue > Journal - Au fil des jours > Fais-tu un lancement ?

Fais-tu un lancement ?

Bonjour à toi qui me lis.

Est-ce que c’est la première fois que tu débarques sur mon site ? J’imagine que oui, car celui-ci a vraiment été sous-utilisé, mais je compte bien y remédier. Quoi qu’il en soit, merci d’être là. J’espère que tu reviendras, car il y a bien des événements et des changements qui sont en amorces…

Et aujourd’hui, je me suis dit, si je commençais par du concret : mes angoisses de lancement et… la solution !

Ouais, ça m’a drôlement stressée ces dernières semaines. Les gens qui savent que mon livre sortira bientôt ont commencé à me questionner : « Fais-tu un lancement? qui me disent.

— NŒUD À L’ESTOMAC —

— Ben ouais, il faut… »

Et, il y a cette peur intérieure qui s’installe : « Vais-je me ramasser seule avec mes livres ? » Peur que j’ai pu aussi constater chez des auteurs que je suis sur les réseaux… On se voit assis là avec 4-5 personnes de notre famille et notre pile de livres, pis notre malaise… hahaha! Je déteste tomber dans l’angoisse, comme tout le monde, je sais… Mais je m’évertue à transformer les choses stressantes en une énergie plus positive. Autrement, on avance à contre-courant.

Mais là, ç’a été très difficile… ça roulait dans ma tête… Je fais ça où ? Pour qui ? Mon public cible ne se sentira pas concerné, quels seront les coûts encourus ? etc.

Les filles super gentilles de la librairie jeunesse Le repère m’ont offert de faire ça dans leur commerce… Wow! Je me trouve chanceuse de ne pas avoir à demander ce genre de chose alors que c’est mon tout premier roman… Mais miles autres questions s’enchaînent…

Puis je me dis, si je faisais ça à la biblio, ce serait bien. Les auteurs font souvent ça dans leur bibliothèque municipale, sauf que là… C’est moi l’unique employée de la biblio, je travaille avec des bénévoles… je me sens en conflit avec moi-même ! Ça l’air opportuniste, non ? Et les questions stressantes repartent…

J’en parle à la directrice, elle semble positive en regard de ce projet, mais comprend mon conflit… Et m’amène cette question qui me trotte déjà dans la tête : « Penses-tu atteindre ton public cible à partir de la bibliothèque ? » Et misère… Je le sais-tu moi !

Plus tard, j’en jase avec un ami qui a eu cette même peur. Précédemment, nous avions parlé de trucs que les adolescents aiment pour d’éventuels ateliers leur étant destinés.

Bref, je n’entre pas plus en détail que ça sur tout le processus qui m’a mené à la solution, mais hier matin j’ai fini par me dire:

— STOOOP ! —

J’en avais presque mal au cœur, alors j’ai tout laissé ça de côté. J’ai fait autre chose…

J’ai travaillé sur mon projet d’ateliers jeunesse dont une série de vidéo avec des thèmes inspirés de l’étrange, des mythes, etc. Histoire de monter des trucs intéressants pour les jeunes justement. Ça me met de belle humeur… Pis d’un coup !

— BANG ! —

Je prends conscience que je cherche quelque chose pour mon lancement tout en travaillant en parallèle sur des projets justement destinés à mon public cible !

Ouin faque… je sais ce que je vais faire de spécial pour mon lancement… ce sera immersif… ? Je vous en reparle bientôt !

 

 

Partagez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *