Rachel Graveline > Blogue > Journal - Au fil des jours > [Humour et dérision] Trop d’imagination, vraiment?

[Humour et dérision] Trop d’imagination, vraiment?

Est-ce qu’on vous a souvent dit que vous aviez trop d’imagination? Personnellement, on me l’a dit souvent, autant à l’âge adulte que lorsque je n’étais qu’une gamine, je crois. Comme j’écris, on peut dire que j’ai de la chance, j’en fais bon usage. Mais, de toute façon, je me suis parfois demandée à partir de quel moment on peut parler de « trop ». Je pense bien avoir eu ma réponse…

***

On a tous nos petites habitudes. On va-et-vient, ici et là, on croise parfois certaine personne au même endroit et au même moment dans la journée sans vraiment s’en rendre compte. On les salue d’un simple hochement de tête, leur envoie un sourire, on oublie. Ce n’est qu’un banal événement du quotidien jusqu’à l’instant ou sans avis, cette personne n’est plus là où on la retrouve chaque jour.

Dans mon coin du monde, tous les midis, du lundi au vendredi, je pars chercher mon bonhomme de 6 ans à l’école avec mon petit dernier qui trotte derrière moi. Tous les jours ou presque, il y a cette aimable vieille dame assise avec son petit jappeux de chien. Elle sourit sur mon passage. À chaque fois, je l’entends dire doucement à son chien qui ne se calme pas « Ben non! Ben non! C’est des amis… des amis… chut! » Hier, elle n’y était pas. Chose qui arrive parfois. Cependant cette fois, il y avait ce vieux monsieur assis à sa place.

Je creuse alors dans ma mémoire. Non, elle n’est pas mariée. Elle vit seule. Je sais, je lui ai déjà parlé un peu. En fait, je l’ai surtout écouté me parler de sa vie. Sa maison est à vendre depuis un moment, j’ai bien remarqué les aller-retour de voitures inconnues, mais là, ce monsieur est assis à sa place. Sans trop m’en rendre compte, je ralentis la cadence de mes pas…

… et ça embarque, comme ça, tout seul, en pleine marche.

La pancarte « À vendre » est toujours là, celle plantée dans sa pelouse, mais aussi celle qu’elle a mise à sa fenêtre, entre ses rideaux à carreaux verts. Ce n’est donc pas un nouveau propriétaire. Plus de doute possible, dans cette maison de campagne à deux étages dont le revêtement usé et les anciennes fenêtres à guillotine affublée de dentelle qui dénotent l’âge de la bâtisse et de son occupante, un mystère plane. Où est donc ma bonne voisine ? Et son foutu gentil chien, je ne l’entends pas!

J’observe le monsieur. Il n’est plus très jeune, les cheveux blancs, une chemise propre, d’un bleu vif. Il est bel et bien assis à SA place, à proximité de SA fenêtre. Et s’il l‘avait tué? Cette simple idée me traverse l’esprit comme un éclair. C’est fou le nombre de scènes horribles qui défilent dans ma tête à cet instant. Quand je remarque qu’il me sourit… j’ai comme une petite boule d’angoisse qui se forme au creux de mon ventre. Une voiture passe et me sort de ma torpeur… je le regarde à nouveau et lui souris aussi. Quelle espèce de folle passe dans la rue et dévisage le monde dans leur maison? Eh ben, moi!

Mon fils passe alors en courant à côté de moi, il court, saute et se roule dans le gazon. Il fait semblant d’envoyer des attaques pokémon aux voitures. Doux Jésus! Il a bien trop d’imagination cet enfant! Je me demande bien où il prend ça.

À mon retour, le monsieur est toujours là, il me regarde, je me retourne sans plus. Ses yeux que j’imagine braqués dans mon dos me tirent un frisson. Et si j’avais raison…

À mon grand soulagement, j’ai revue la vieille dame et son foutu chien aujourd’hui… j’ai bel et bien « trop » d’imagination. Ceci dit, avoir des idées c’est une chose, les mettre sur papier, c’en est une autre… Allez, au boulot!

[Source de l’image http://pixabay.com/fr/la-pens%C3%A9e-imagination-cr%C3%A9ative-152218/]

Share Button

4 Comments

  1. Bonjour,
    J’ai le plaisir de visiter votre blog en étant attirée par cette expression sur Twitter, votre profile : “orpheline d’éditeur” Moi , si je me permets de vous dire quelque chose à ce sujet, je vous dirai que vous n’êtes pas orpheline mais c’est les éditeurs qui sont orphelin de vo œuvres. J’ai une longue et amère expérience avec les éditeurs en vue de publier mes quinze livres…
    Portez-vous bien et au plaisir de recevoir votre réponse à ce sujet.
    Tahar

    • Bonjour,
      Merci pour votre commentaire. Il est vrai que tout est une question de perception. Je peux me considérer orpheline ou me dire que ces éditeurs se privent d’une auteure passionnée. 😉 Dommage que vous ayez eu une mauvaise expérience. Malheureusement, plusieurs ont dû vivre de mauvaises expériences en édition… mais ce n’est pas l’unique issue. Il n’y a pas d’autres choix que de se remonter les manches et de voir ce qui convient mieux à notre personne, notre travail, nos attentes. Ce marché est difficile, il faut être tenace pour réussir.
      Bonne continuité!

  2. Je reviens-après avoir lu cet article ,qui m’attire beaucoup.Vous avez raison d’avoir de l’imagination car moi, j’en ai tellement ! (ries)…J’imagine les pires scènes qui puissent exister ,à partir d’une simple idée ! Nous en reparlerons…
    Bonne soirée !
    Tahar

    • C’est effectivement un peu hors de notre contrôle, l’imagination. C’est sans doute ce qui nous mène sur le chemin de l’écriture. 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *